Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Rythmes scolaires

Quelle organisation de la semaine scolaire choisir l’an prochain ?

 

Garder 4,5 jours ou revenir à 4 jours ?

 

Le gouvernement actuel donne la possibilité de revenir à la semaine de quatre jours.

Le souci constant de l’équipe municipale a été de prendre des décisions en tenant compte des avis de l’ensemble de la communauté éducative. Les parents, les enseignants, les animateurs, les élèves de Cours Moyen sont consultés et le Comité de pilotage du PEdT aura l’occasion d’en débattre.

Organisation actuelle des rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires (passage à 4 jours et demi de classe) a sans doute pâti d’une mise en place trop précipitée et sans les conditions, en moyens et en personnels, qui auraient permis de la mettre en place correctement dans toutes les communes.

Les élus de Bléré ont toutefois tenu à proposer à nos élèves des Nouvelles Activités Pédagogiques (NAP) de grande qualité. Vous trouverez ci-joint une enquête nous permettant de connaître votre appréciation sur l’organisation actuelle.  

Faut-il revenir à la semaine de 4 jours ?

Le retour à la semaine de quatre jours a pour conséquence la suppression des NAP, mais pose surtout le problème des rythmes scolaires des enfants.

Les chercheurs en chronobiologie et certains psychopédagogues sont favorables à des semaines de 4,5 jours permettant des journées moins longues pour l’élève avec les apprentissages plutôt placés dans les matinées. Ils préconisent aussi une meilleure répartition des petites vacances avec une diminution du temps de vacances scolaires. Quelques résultats d’études ou de prises de position d’organismes vous sont proposés ci-après. 

Avant tout, l’enfant doit rester au cœur de notre réflexion. Il est primordial de penser au bénéfice que chacun des enfants doit tirer d’une bonne organisation des rythmes scolaires : bien-être, qualité du temps réservé à ses apprentissages, désir d’aller à l’école… quitte à mettre de côté un certain confort personnel.

L’équipe municipale, au vu des différentes enquêtes menées par des spécialistes et des chercheurs, pense qu’il serait préférable, de maintenir la semaine de 4,5 jours dans sa forme actuelle. Elle y voit plusieurs avantages :

- pour les enfants : journée de classe moins longue, meilleure assimilation des apprentissages fondamentaux ciblés le matin, découverte (gratuite) d’activités nouvelles, pas de changement de rythme dû à la coupure du mercredi,

- pour les élèves de l’école élémentaire : pause méridienne en deux services, récréation plus courte, moins accidentogène,

- pour les parents : pas d’ALSH à payer le mercredi matin.

Toutefois, c’est à vous de vous prononcer sur le retour ou non à 4 jours de classe.

Quelles sont les choix possibles ?

Les différents scénarios que nous vous proposons tiennent compte de la compatibilité nécessaire entre les horaires de nos deux écoles. Voir le détail des horaires dans la feuille annexe.

Nous vous demandons de vous prononcer pour le retour ou non à la semaine de 4 jours dans l’école où se trouve votre enfant. Voir la feuille vous demandant votre avis (choisir le fichier correspondant à la classe de votre enfant).

Le Maire,
Lionel CHANTELOUP
 L’adjoint au Maire
 chargé des affaires scolaires,
Jean-Pierre BOUVIER

 

Quelques avis d’organismes ou de spécialistes

- Le jeudi 8 juin, la communauté éducative, réunie au sein du Conseil supérieur de l’éducation, s’est prononcée (dans un avis consultatif) contre le projet de retour à la semaine de quatre jours d’école.

- Quelques heures avant, le groupe de travail du Sénat chargé d’établir le « bilan complet » de la réforme des rythmes scolaires, trois ans après sa mise en œuvre, a plaidé, clairement, pour ne pas revenir « sur le principe de la réforme », ne pas rétablir la « situation antérieure à 2013 » – cette semaine de quatre jours de classe qui faisait de la France une exception dans le monde, avec 144 jours d’école par an contre 180 ailleurs. 

Une bonne réforme, mais très mal conduite : c’est, en substance, ce que conclut le Sénat en épinglant une méthode « extrêmement chaotique », « imposée par le haut », à « marche forcée »… Une réforme coûteuse, aussi : les difficultés en matière de ressources humaines, d’organisation du temps scolaire et de financement perdurent pour sept communes sur dix.

Les sénateurs réclament « au plus tôt » une évaluation des effets sur les apprentissages et rappellent l’existence d’un « consensus scientifique sur le caractère préjudiciable de la semaine de quatre jours ». « On avait [avant 2013] les journées les plus longues, la semaine la plus chargée, l’année la plus courteNombre de travaux, scientifiques et parlementaires, disaient que cette semaine posait un certain nombre de problèmes pour les apprentissages, que ce n’était pas la meilleure solution. »

Face aux enseignants, nombreux, pour qui la réforme n’a pas fait ses preuves, face aux parents qui s’interrogent sur ses bénéfices pédagogiques, les sénateurs apportent un premier élément de réponse : des échanges sur le terrain, ils déduisent un « ressenti majoritairement positif du point de vue des apprentissages en élémentaire, plus négatif en maternelle ».

Quid de cette fatigue des enfants si souvent mise en avant lors des manifestations qui ont émaillé le quinquennat écoulé ? « Son accroissement doit s’analyser avec précaution et au regard de différents facteurs », dont le « temps des familles », écrivent-ils.

Enfin, les sénateurs préconisent, entre autres, d’« élargir la réflexion à l’année scolaire ».

- L’OCDE a publié mardi 12 septembre l’édition 2017 de son rapport « Regards sur l’éducation ».  Principal recueil de statistiques nationales comparables mesurant la situation de l’éducation à l’échelle internationale, ce rapport traite de l’environnement d’apprentissage et de l’organisation scolaire. L’organisme en a profité pour donner son avis sur les mesures prises en France par le gouvernement actuel. A noter : les chiffres comparés dans ce rapport et cités ci-après portent sur l’école élémentaire.

Corinne Heckmann, coordinatrice du rapport,  assure que « l’OCDE n’était pas favorable » à la possibilité offerte aux communes de revenir aux quatre jours de cours par semaine, alors qu’il jugeait très positive la décision de plafonner à une douzaine le nombre d'élèves dans les classes de CP et CE1 des quartiers défavorisés. 

Selon elle, ce choix du retour possible aux 4 jours « s'est basé sur des raisons financières [...] mais non sur le bien-être de l'enfant. La France se distingue en effet par un volume d'heures de classe au primaire  largement supérieur à la moyenne européenne » (864 heures par an en France, contre 776 en Europe). Alors que ses écoliers étudient [actuellement] en moyenne 21 jours de moins (162 jours par an en France). Avec 4 jours de classe par an on passe à 144 jours par an (soit 39 jours de moins !). On notera que tous les pays de l’OCDE ont 5 jours de classe par semaine (sauf Israël 6 jours et la France...).   

« Avec moins de jours de classes, plus d'heures, on a en France des journées de classe très concentrées », résume Corinne Heckmann. Ce qui pourrait être une cause des mauvais résultats de la France aux études internationales Pisa en ce qui concerne le poids des origines sociales sur le destin scolaire des élèves. « Comment adapter la pédagogie aux élèves les plus en difficulté lorsqu'on a un temps d'éducation aussi concentré ? », demande la spécialiste. 

- En ce qui concerne l’état de fatigue des enfants, signalé par des enseignants, une étude conduite par l’Université de Tours montre que comparativement à des données recueillies depuis 10 à 15 ans sur des populations comparables, plus les enfants sont jeunes, plus leur temps de sommeil tend à se réduire par rapport aux observations précédentes. Si les plus âgés, scolarisés en CM2 sont restés sur des durées proches, en revanche, les plus jeunes, scolarisés en GS et en CP perdent en moyenne 15 à 20 minutes de sommeil par nuit.

cf. Évaluation des nouveaux aménagements des temps scolaires et périscolaires, Rythmes biologiques et psychologiques des élèves du cycle Primaire, étude conduite par René Clarisse, Nadine Le Floc’h (Université de Tours), Christine Maintier, (Université d’Orléans).   

- On pourra aussi se référer à un bilan sur cette réforme :

Les impacts de l’aménagement du temps scolaire sur le climat des écoles et les rythmes de vie des enfants d’Arras (Georges Fotinos, François Testu) juin 2016

 

scenarios ryhtmes scolaires 2017 bléré

scenarios ryhtmes scolaires 2017 bléré

scenarios ryhtmes scolaires 2017 bléré

Quelques liens vers des rapports sur les rythmes scolaires

 

http://www.ortej.org/actualites/article/evaluation-des-nouveaux-amenagements-des-temps-scolaires-dans-l-academie-orleans-tours

 

http://www.oecd.org/fr/education/regards-sur-l-education-19991495.htm

(N.B. Pour les rythmes scolaires, voir la partie D du rapport « Regards sur l’éducation » de l’OCDE)

 

https://theconversation.com/la-reforme-des-rythmes-scolaires-examen-dune-impopularite-83316

 

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017/06/29062017Article636343202090232166.aspx

 

http://www.education.gouv.fr/archives/2012/refondonslecole/wp-content/uploads/2012/07/fiche_thematique_depp_n_10_rythmes_scolaires_comparaisons_internationales_20121.pdf

 

Comment donner votre avis ?

 

Télécharger le fichier PDF qui concerne votre enfant :

- maternelle J. Lecourt Petite ou Moyenne Section2017_enquete_maternelle_PS_MS.pdf
- maternelle J. Lecourt Grande Section
2017_enquete_maternelle_GS.pdf
- école élémentaire Balzac2017_enquete_elementaire.pdf

 

... puis répondez aux questions posées.

Remettez enfin la feuille à l’enseignant ou dans la boîte aux lettres de la Mairie au plus tard le mercredi 13 décembre 2017.    

 

N.B. Vous pouvez tirer les textes précédents en cliquant sur : 2017_enquete_rythmes_scolaires.pdf