Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Patrimoine Architectural

MOULIN CAVIER DES AIGREMONTS

 

 

 Construit en 1848 par M. Bergeault, il devient  propriété de la commune de Bléré en février  2003. Après 5 ans de travaux, le moulin  retrouve son allure d'origine après la pose de  ses nouvelles ailes. 

 

 Ce type de moulin à vent dit "cavier" est  très  rare puisque qu'ils n'existent qu'en Anjou et  en Touraine.

 

 Il est aujourd'hui possible de le visiter pour la  curiosité des grands comme des petits.

 Ouvert au public , les guides meuniers de l'association des Amis du Moulin des Aigremonts, costumés, vous entraineront pour une visite commentée qui vous fera revivre cette vie d'antan.

Entre mai et septembre :
ouverture week-end et jours fériés
10h - 12h et 14h30-18h 

 
En juillet et août ouverture supplémentaire le mercredi 15h-18h
accueil de groupes et de scolaires
site web : http://moulin-blere.com/

 


LA CHAPELLE JEHAN DE SEIGNE

 

  • chapelle Jehan de SeignesElle se trouve dans l'actuel jardin public, Place de la République, qui n'est autre que l'ancien cimetière de Bléré, fermé en 1840.
  • De ce cimetière subsiste cette chapelle exceptionnelle, classée Monument Historique dès 1875. C'est une chapelle funéraire, commémorative, édifiée en 1526 par Jehan de Seigne à la mémoire de son père, Guillaume de Seigne, trésorier général de l'artillerie du roi, seigneur de la Lande.


    C'est un petit monument édifié dans un beau style « Renaissance », de forme cubique avec une abside polygonale. Le dôme en pierre était autrefois surmonté d'un lanternon. Son décor est élégant. Il présente en façade une porte avec un arc en anse de panier qui retombe sur deux colonnettes.

    Canons et bombes rappellent la fonction de Guillaume de Seigne.

     

     

     

     

     

    LE GRAND LOGIS

     Le Grand Logis BléréCe manoir, également nommé « La Châtellenie », situé au Sud du bourg, constituait le logis seigneurial de Bléré.

    Les seigneurs de Bléré nous sont connus depuis le 11ème siècle. Louis d'Amboise, seigneur de Bléré, d'Amboise et de Montrichard en fut propriétaire vers 1431.

    Pierre Bérard acquit la Châtellenie en 1446. Il était chevalier, conseiller et maître d'hôtel du roi, seigneur de Bléré et de La Croix. C'est lui qui fit construire le « Grand Logis », près du coteau Sud, en position dominante par rapport à la ville.

    Le manoir était entouré d'un vaste parc, bordé par le champ de foire à l'Ouest (Place Balzac actuelle). L'entrée principale et l'avenue du château se situaient dans l'axe de la rue Madame descendant vers la ville. Le corps principal, constitué de deux ailes, comprenait des communs (écuries, grange, service pour les vendanges). Deux tourelles étaient présentes de part et d'autre de l'avenue.

    Comme on peut le constater, d'importantes modifications ont eu lieu aux 19ème et 20ème siècles. Après Pierre Bérard, les seigneurs se succédèrent. En 1837, le château fut vendu à la famille Bullot, puis après deux autres ventes en 1924 et 1933.

    Il est aujourd'hui la propriété de la commune de Bléré. Les anciennes écuries et  annexes ont laissé la place aux batiments et cours de l'école publique.

     

     

    Église Saint-Christophe

    Eglise St Christophe Bléré 

    Elle se compose de deux édifices distincts : l'église de Saint-Christophe (XI°, XII° siècle) et la chapelle Sainte-Agnès, réunis par une construction du XVe siècle.

    Elle fut bâtie sur l'emplacement d'une église beaucoup plus ancienne.

    Des chapelles lui ont été annexées :

    -  la chapelle Saint-Jean, au XV° siècle, sur l'initiative de Gonzalve d'Ars, gouverneur de Bléré.

    - la chapelle Fortier, au XVI° siècle, où repose Florimond Fortier, seigneur de Resnay.

    - la chapelle seigneuriale vers 1464, bâtie pour recevoir le tombeau de Pierre Bérard et sa femme Jeanne Chérité abrite une pieta sculptée par Louis Borie.

     

     

     

     

    Bois Ramé Bléré

    LOGIS DE BOIS RAME

    Ce logis datant du XVIe siècle fut édifié sur l'emplacement d'un manoir fortifié par Guillaume de Seigne, trésorier de l'artillerie royale, vers 1524.

    Il appartient ensuite à son fils Jehan de Seigne.

    Au XVIIe siècle, il est la propriété de la famille Sallier, seigneurs d'Athée puis de Lauconnière, puis celle de la famille Daen au XVIIIe siècle, seigneurs d'Athée au XVIIIe siècle.

    En 1770, il passe dans le patrimoine de la lignée Lefèbvre.

    Ce logis comprenait deux pièces à chaque étage, desservies par un escalier en tourelle. Les encorbellements de la tourelle sont décorés, à leurs bases, de fines sculptures.

    Cette belle demeure privée a beaucoup souffert du temps.

     

     

     

    LA COURSICAUDERIE

     Également connue sous le nom d'hôtel  Lemaître, ce château était la demeure  d'Auguste Lemaître et Françoise Gaberot, une riche famille de Bléré.

     Ils le firent édifier en 1841 par l’architecte parisien A. Fanost.

     

     Auguste Lemaître fut maire de Bléré de 1840  à 1857.

     Cette propriété, entourée à l'origine de hauts  murs et dotée d'un parc fut acquise en 1972 par la commune de Bléré,

    Après quelques aménagements, cette magnifique demeure est devenue aujourd'hui l'hotel de ville de Bléré.

     

     

    CHATEAU DE FONTENAY

    Le lieu et hébergement de Fontenay était la propriété au XVIIe siècle de la famille de Boisgauthier, puis de celle des Dubois de Montmoreau et de Georges Guill.

    Cette propriété était initialement liée à celle de la seigneurie de l'Arpentil (Herpenty) toute proche. Ces propriétés furent acquises par Gabriel Taschereau de Baudry en 1730 des mains de M. Greffier, receveur général des finances de Poitiers, et réuni au domaine du château de Bléré.

    Le château a été bâti au XVIe siècle, mais il fut très endommagé par l'incendie que les Prussiens déclenchèrent en représailles en 1871.

    Auguste Bucquet son propriétaire d'alors engagea sa reconstruction.

     

     

    CHÂTEAU DE FOSSEMBAULT

     

    Chateau de Fossembault -BLEREBâti en 1832 sur l'emplacement d'un manoir du XVIe siècle, c'était la demeure de la famille de la Bretonnière.

    Au XVIIe siècle, elle abrite la famille Nau, puis celle d'Étienne Guillerault père, avocat en Parlement, anobli par Louis XIV.

    Au début du XVIIIe siècle ce chateau appartient à  ses arrières petits neveux Étienne et Simon Fremy, héritiers seigneurs de Bléré.

    Acquis des mains des Fremy par Gabriel Taschereau de Baudry en 1736, il est intégré au domaine du château de Bléré.

     

     

    manoir de Beauregard

    MANOIR DE BEAUREGARD

    Gentilhommière du XVIIe siècle, propriété de la famille Haren du XVIe au XIXe siècle.

    Le manoir de Beauregard a un pigeonnier hexagonal en tuffeau et en colombage.

     

     

    LE BELVEDERE

    Le BelvédèreCet étonnant bâtiment se caractérise par son dôme, couvert d¹un lanternon à balustrade, dont la toiture de zinc évoque un observatoire astronomique.

    Il a été construit dans la première moitié du 19ème siècle, en 1832, pour Henry Marcel, et présente toutes les caractéristiques architecturales du style Charles X.

    Pour le grand escalier central autour duquel s¹articule la distribution des pièces, il semble que l¹architecte se soit inspiré du château de Bagatelle au Bois de Boulogne. L¹intérêt de ce bâtiment est d¹être très bien conservé intérieurement comme extérieurement

     

     

    manoir de Bois Pataud

    MANOIR DE BOISPATEAU

    Ancienne maison seigneuriale du XVIe siècle, propriété de la famille de Seigne au XVIe siècle, dont ils en avaient obtenu érection en fief par concession accordée par l'abbaye de Saint-Julien.

     

     

     

     

    MANOIR DES CRESPIERES

    les CrespièresDemeure reconstruite au XIXe siècle sur le lieu d'une maison seigneuriale du XVe siècle dont il reste le colombier, intégré à la construction actuelle, ainsi que deux tourelles d'enceinte. Cette terre seigneuriale était la propriété d'Antoine des Dues, sieur de Crespières, en 1600 et fut vendue à Jacques de Faverolles, chevalier, seigneur de Bléré en 1653 dont ses descendants restèrent propriétaires jusqu'au XVIIIe siècle.

    .